Build Change : l’organisation qui construit le changement après les catastrophes

IJD PHILLIPPINES

Por:Jan Victor Mateo / Philippine STAR (Philippines)




Manille, Philippines
Après le passage de l’un des ouragans les plus puissants de l’histoire en 2013, l’étendue des dégâts dans le pays était sans précédents : des vagues de plusieurs mètres de haut et des rafales d’une extrême violence ont dévasté les foyers de milliers de familles, qui, du jour au lendemain, se sont retrouvées totalement démunies.

L’une de ces familles était celle de Eusi et Helenita Raloso, originaires de Guaian. Cette municipalité fait partie du Samar Oriental, l’une des régions les plus sévèrement touchées par le passage du super-typhon Yolanda (également connu sous le nom de Haiyan).

Durant la tempête, les Raloso et leurs voisins ont réussi à se réfugier dans un abri, mais à leur sortie, il ne restait de leur communauté que les ruines de leurs anciennes demeures : les éléments déchaînés avaient tout emporté.

Personne n’aurait alors pu imaginer qu’une année plus tard, lorsqu’un autre typhon frappa leur localité, les Raloso, loin d’être des survivants impuissants, étaient devenus les héros de leur communauté.

Grâce à leur nouvelle maison construite pour résister aux catastrophes naturelles, ils ont en effet décidé d’abriter 17 familles des environs, transformant ainsi leur maison en centre d’évacuation de fortune. Il n’y eut aucune victime dans leur communauté durant le passage de ce second typhon.

Les Raloso sont parmi ceux qui ont bénéficié du soutien de Build Change, une entreprise sociale à but non-lucratif dont l’objectif est de sauver des vies en aidant individus, propriétaires, ingénieurs et gouvernements à construire des maisons conçues pour résister aux éléments lors de tempêtes ou de séismes.

Fondée en 2004, Build Change opère principalement dans des pays qui ont payé le plus cher en vies humaines et en dégâts matériels le prix de tremblements de terre et d’autres désastres, comme l’Indonésie, le Népal, Haïti et les Philippines. L’entreprise organise aussi des programmes de sensibilisation dans des pays comme la Colombie et le Guatemala.

Build Change aux Phillippines
L’organisation a démarré ses activités aux Philippines en 2013, à la suite de catastrophes jumelées : un séisme de magnitude 7.2 dans la province insulaire de Bohol, combiné à la dévastation causée par le super-typhon Yolanda.

À la suite du séisme, qui a fait 200 victimes et a endommagé 73 000 bâtiments, dont 14 000 ont été complètement détruits, Build Change s’est alliée au gouvernement local pour former des ingénieurs et des employés d’ONG à évaluer les dégâts causés par la secousse sismique.

Selon Kate Landry, la directrice des programmes et des partenariats de Build Change-Philippines, l’organisation a formé environ 60 personnes et a travaillé au développement de matériaux éducatifs visant à informer la population locale, en particulier les bâtisseurs et les propriétaires, des meilleures pratiques de construction.

Dans le sillage de Yolanda, Build Change a travaillé avec différentes organisations à Guaian pour aider les survivants comme les Raloso à reconstruire leurs foyers de manière à ce qu’ils resistent aux futures catastrophes. « Avec le typhon Yolanda, la priorité a été d’aider les gens à reconstruire leurs habitations », confirme Kate.

Build Change s’est jointe à d’autres organes de la société civile qui ont fourni de l’aide financière aux survivants, comme l’organisation catholique d’aide humanitaire et de développement Cordaid, qui a subventionné la construction de la nouvelle habitation des Raloso.

Kate Landry rapporte qu’environ 50 maisons directement touchées par le typhon ont été reconstruites, tandis que 250 demeures supplémentaires, qui n’ont été impactées qu’indirectement, ont été réparées et converties de manière à être résistantes aux désastres naturels. Une cinquantaine d’habitations supplémentaires sont toujours en construction. « Grâce à notre assistance technique et à la transmission de notre savoir faire, 330 personnes ont appris des techniques de construction plus sûres. De mémoire, 150 emplois ont été crées », ajoute-t-elle.

À part ses initiatives de reconstruction, Build Change s’est aussi engagée aux côtés d’une université locale et de l’autorité gouvernementale chargée de l’éducation technique pour concevoir un programme qui permettra aux bâtisseurs locaux d’apprendre comment construire des structures résistantes aux catastrophes.

Assistance Technique
Kate Landry souligne enfin que Build Change ne se déploie pas sur le terrain pour construire directement les habitations de survivants. La société travaille plutôt avec les organisations déjà présentes localement, et forme leurs effectifs aux meilleures techniques de construction, en particulier pour les structures résistantes aux catastrophes.

« Nous essayons de nous focaliser sur la formation de personnes qui sont déjà dans ces communautés pour leur permettre de rendre les logements plus sûrs », déclare la directrice, « il y a peu d’organisations qui disposent des mêmes capacités techniques que nous, mais nous dépendons de nos partenaires sur le terrain qui connaissent déjà ces communautés pour les mobiliser ».

Un exemple de ces alliances de capacité technique et d’engagement communautaire est le partenariat entre Build Change et la Ramon Aboitiz Foundation, qui finance actuellement la construction de salles de classe dans les écoles publiques de Cebu.

« Nous avons apporté quelques modifications aux plans pour qu’ils donnent aux bâtisseurs plus d’instructions et réduisent les chances que ces derniers fassent des erreurs lors de la construction, » poursuit Kate Landry, faisant remarquer que toutes les écoles que cette fondation construira à l’avenir seront elles aussi plus sûres.

« Nous sommes différents des autres ONG parce que nous ne faisons pas le travail nous mêmes. Nous préférons simplement coopérer avec ceux qui sont déjà présents sur place et qui ont déjà un lien fort avec les communautés que nous visons, afin de les aider à rendre leurs propres programmes plus sûrs » rajoute-t-elle.

L’avenir de Build Change
Après tous leurs efforts à la suite du typhon, Kate Landry signale que Build Change s’apprête maintenant à faire sa transition vers un programme préventif, qui sera basé à Manille.

L’organisation recherche actuellement des partenaires intéressés à se joindre à ce nouveau projet, des entrepreneurs locaux aux propriétaires en passant par la société civile et les agences gouvernementales. « En fait, nous devons créer de la demande pour des logements plus sûrs, » explique Landry.

« Il est évident que la première chose à laquelle pensent ceux dont le foyer a été endommagé ou détruit par une catastrophe est de s’assurer que leur maison soit plus solide lorsque la prochaine catastrophe frappera. Le défi à Manille, c’est de faire comprendre qu’une habitation réellement résistante est une habitation qui est construite avec cet objectif en tête depuis la première brique, » résume-t-elle.

Après tout, souligne la directrice, l’objectif de l’association est de sauver des vies, et la meilleure façon de le faire est de bâtir des structures résistantes en amont des catastrophes.